FC Sion
 12.01.2018, 00:01

Christian Constantin saisit le TAS

Abonnés
chargement
Christian Constantin  saisit le TAS

 12.01.2018, 00:01 Christian Constantin saisit le TAS

Par ats

FOOTBALL Le président du FC Sion recourt contre les neuf mois de suspension et l’amende de 30 000 francs qui le frappent après son altercation avec Rolf Fringer.

Le Tribunal arbitral du sport a annoncé jeudi que Christian Constantin avait saisi le TAS contre la Swiss Football League. Le président du FC Sion est sous le coup d’une interdiction de stade de neuf mois pour avoir agressé physiquement Rolf Fringer le 21 septembre dernier.

Demande d’annulation ...

Le Tribunal arbitral du sport a annoncé jeudi que Christian Constantin avait saisi le TAS contre la Swiss Football League. Le président du FC Sion est sous le coup d’une interdiction de stade de neuf mois pour avoir agressé physiquement Rolf Fringer le 21 septembre dernier.

Demande d’annulation de la sanction

«On ne voit pas pourquoi la justice sportive se mêlerait d’une affaire privée, d’autant plus que les gens se sont expliqués entre eux», affirme Christian Constantin auprès de l’ats. Pour le boss de Tourbillon, la SFL n’est tout simplement pas compétente en la matière.

Le président et l’Olympique des Alpes SA – la société qui possède administrativement le FC Sion – ont déposé un appel auprès du TAS demandant «l’annulation de la décision prise par le Tribunal de recours de la SFL», lit-on dans le communiqué de la Cour sportive.

«Cette affaire est plus d’ordre privé que footballistique et aucune des deux parties n’est assujettie au catalogue des sanctions de la Ligue», poursuit-il. «D’ailleurs, aucune des deux parties n’a décidé d’aller au civil, même celle qui pourrait se plaindre», justifie Christian Constantin.

En plus de son interdiction de stade, le président du Fc Sion a écopé d’une amende de 30 000 francs pour son geste. Les deux sanctions qui frappent le Martignerain ont été prononcées le 19 décembre par la chambre de recours de la SFL.

Le premier verdict de la Ligue avait été plus sévère: quatorze mois d’interdiction de stade et 100 000 francs d’amende. «On a divisé par trois le montant de l’amende, mais je ne comprends pas pourquoi on n’a pas divisé par trois aussi la durée de l’interdiction de stade», s’étonne le Valaisan, qui refuse de brandir la menace d’aller devant la justice civile face à la SFL.

En quête d’un effet suspensif

«Ça va se calmer, cette histoire», estime-t-il, tout en espérant bénéficier d’un effet suspensif d’ici à la fin du mois. «Sinon, ça n’aurait aucun sens de saisir le TAS, de payer la procédure mais d’être toujours sous le coup de la sanction.» Le Tribunal arbitral du sport, plus haute juridiction sportive, précise qu’«aucun calendrier de procédure n’a encore été établi pour le moment».


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top