19.06.2017, 00:01  

19e succès pour Porsche

Abonnés
chargement
La Toyota numéro 8 de Sébastien Buemi devant la Porsche numéro 2. Au final, c’est bien cette dernière qui franchira en premier la ligne d’arrivée.

 19.06.2017, 00:01   19e succès pour Porsche

Par ats

AUTOMOBILISME - La 919 Hybrid du trio composé par l’Allemand Timo Bernhard et les Néo-Zélandais Earl Bamber et Brendon Hartley a coupé la ligne en vainqueur. Le trio de Sébastien Buemi est 9e alors que celui de Neel Jani a été contraint à l’abandon.

Les chances de victoire de cette voiture semblaient pourtant très compromises samedi en début de soirée. La Porsche No 2 avait dû observer un long arrêt à son stand (1h05) en raison de problèmes techniques et était repartie en 56e position! Mais les malheurs des autres bolides de la catégorie LMP1 allaient la remettre dans le coup, de...

Les chances de victoire de cette voiture semblaient pourtant très compromises samedi en début de soirée. La Porsche No 2 avait dû observer un long arrêt à son stand (1h05) en raison de problèmes techniques et était repartie en 56e position! Mais les malheurs des autres bolides de la catégorie LMP1 allaient la remettre dans le coup, de manière incroyable. Elle repassait en tête à 1h07 de l’arrivée. Si Hartley a ajouté son nom au palmarès de la plus célèbre course d’endurance du monde, ses coéquipiers ont chacun signé un deuxième succès dans la Sarthe. Bernhard avait déjà gagné en 2010 sur une Audi R15, alors que Bamber l’avait emporté en 2015, déjà sur une Porsche 919 Hybrid.

L’autre voiture officielle de la firme de Stuttgart, la No 1 pilotée par le Seelandais Neel Jani, l’Allemand André Lotterer et l’Anglais Nick Tandy, a dû abandonner (chute de la pression d’huile) à moins de quatre heures de l’arrivée alors qu’elle comptait 14 tours d’avance sur le 2e. Lotterer, alors au volant, a tout d’abord roulé au grand ralenti, avant d’immobiliser la voiture pour le compte. Le triple vainqueur de l’épreuve n’a pas été en mesure de relancer le moteur de son bolide.

Toyota n’y arrive pas

Parties avec l’étiquette de favorites, les voitures Toyota n’ont pas réussi à briser la malédiction et à apporter à la marque japonaise son premier succès aux 24 Heures. Seule la TS050 Hybrid No 8 de Sébastien Buemi, accompagné d’Anthony Davidson et Kazuki Nakajima, a rallié l’arrivée, en 9e position à 9 tours des vainqueurs. Le Vaudois a signé le tour le plus rapide, mais c’est une maigre consolation. Buemi et ses collègues avaient perdu tout espoir de victoire en fin de soirée samedi, avec un très long arrêt pour un changement de moteur et de batterie. La No 7 (Kobayashi-Conway-Sarrazin) et la No 9 (Lapierre-Lopez-Kunimoto) ont abandonné à un quart d’heure d’intervalle vers 01h00.

Le bon coup de Chan

Les LMP2 ont du coup pu jouer dans la cour des grands. Deux de ces bolides, qui étaient 25 au départ contre 6 en LMP1, ont pris les places d’honneur. L’écurie de l’acteur Jackie Chan a placé son Oreca-Gibson au 2e rang avec l’équipage composé par l’Anglais Oliver Jarvis, le Chinois Ho-Pin Tung et le jeune Français Thomas Laurent. A 19 ans, ce dernier a été nommé rookie de l’année.

La troisième place est revenue à l’écurie romande Vaillante Rebellion-Gibson No 13, décorée aux couleurs du héros de BD Michel Vaillant. Le Genevois Mathias Beche était l’un des trois pilotes avec le Brésilien Nelson Piquet Jr et le Danois David Heinemeier Hansson, de sorte qu’un Suisse est quand même monté sur le podium final. Le Neuchâtelois Jonathan Hirschi a terminé au 8e rang. Il était associé au Français Jean-Eric Vergne et au Britannique Tor Graves sur une Oreca-Gibson de l’écurie Manor. ats


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top